Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'Abbé Pierre sur l'enfer | Page d'accueil | La danse de l'ADN : une industrie »

29/10/2007

La mécanique de l'esprit et de l'invisible

e453807af88c46653401df62ddc4352f.jpgTout ce qui ressort du relatif est rationnel
Dans la dualité, on oppose les contraires, on distingue les individus, on dissèque les éléments d'un système. Dans l'absolue que vivent certains mystiques, où toute opposition disparaît, où toute loi s'effondre, la rationnalité n'est plus. Toutefois, la psyché humaine fait partie de la réalité duelle, même si elle est impalpable, au même titre que la lumière.

Nous sommes tous des névrosés aux yeux des psychiatres. Beaucoup ne l’admettront jamais. Ceux qui cherchent la spiritualité le font surtout à cause d’un mal-être. Aveu sincère ? Cela arrive, mais de toute façon on se rattrape avec les « super-techniques de l’illumination ». La science et la raison n’ont pas résolu les maux de l’âme, donc il fallait bien trouver autre chose.
La spiritualité, croit-on, dépasse toute rationalité. Et les imperfections s’effaceront par-delà toute logique. En fait, la seule logique est celle de l'accroissement. Croire plus, méditer plus, prier plus. Et mon âme est purifiée !

Les adeptes des nouvelles croyances s’abreuvent de théories ésotériques toujours plus secrètes (au rayon best-seller) et accumulent les techniques transcendantes. Les croyants "rétro" suivent prêches et enseignements assidûment, multiplient les pratiques religieuses et/ou énergétiques. Ils veulent aller toujours plus haut dans le ciel, et perdent contact avec la terre - le concret. Quelque part, ils cherchent à fuir le rationnel car le changement leur semble beaucoup plus probable dans la magie. Les idées merveilleuses.

Malgré tout, un nombre croissant de personnes doivent se rendre à l’évidence : les changements sont rares et minimes. Parfois, les résultats sont inverses à ce qui est escompté. Dans ce contexte, mêmes dans les milieux New Age, des voix s’élèvent pour dire que l’on ne peut pas échapper à la « mécanique », admettant le génie de Descartes. Oui, selon eux, la psyché, l’âme a son propre mécanisme, comme une horloge ou une voiture. La spiritualité commence et finit avec le ménage et la vaisselle, les factures EDF, les déclarations d'impôts et la plomberie de la salle de bain.

Si une personne a un traumatisme psychique, méditer ou prier ne le sauveront pas. La voie psychothérapeutique s’impose, faute de candidat alternatif convaincant. Si un dépressif, par exemple, est « surchargé d’entités » (possédé), aucune thérapie, aucun médicament ne fonctionnera. Il doit être débarrassé de l'obstacle principal à sa guérison, diraient certains médiums, shamanes et exorcistes. Tout cela n’est pas scientifique bien sûr, mais il semble que, même dans le paranormal, il y ait une logique implacable.

On peut donc penser que ce qu'on nomme en fait « l'irrationnel », est en fait parfaitement rationnel mais régi par des lois encore ignorées du grand nombre. L'irrationnel, pour ainsi dire, n'existe pas.

Commentaires

Psychose, croyances, religions.

Ni Dieu, ni Diable, seulement et totalement une maladie psychiatrique.
Après les primates, il y a eu des hommes dont certains souffrent d'une maladie nommée «schizophrénie»; lesquels dans leurs perceptions hallucinatoires croient entendre le Divin - et voient ses envoyés - leur donnant des ordres. Ils sont alors en certitude d’être désignés pour une mission divine.
D’un autre âge, ceux qui se disaient en communication avec Dieu étaient et sont encore appelés «prophètes» avec leurs paroles et écrits indiscutables. De nos jours, ceux qui entendent des voix ont pour certitude que Dieu leur parle ; ce sont nos jeunes en psychose hallucinatoire paranoïde dont le traitement relève de la psychiatrie.
Bien et Mal, Bons et Méchants, Dieu et Diable, Enfer et Paradis, tout ce monde binaire, sans positions intermédiaires, ainsi que les angoisses sur le futur, avec son extrémité qu’est la fin du monde, sont toutes les perceptions qui envahissent le psychotique schizophrène.

Vous pouvez croire que Dieu existe et communique en toutes langues, tous patois, tous dialectes à des millions de personnes en même temps; NON, c’est votre psychose qui vous parle, de jour, avec votre vocabulaire, avec vos mots identifiés dans votre culture - d’où les diverses religions - à la manière de vos rêves et cauchemars de nuit. Si Jeanne d’Arc avait compris que la psychose parlait, Elle ne serait pas allée à Reims. Une psychose hallucinatoire auditive qui a fait d’Elle une héroïne puis une victime à l’aube de sa vingtième année.
Jésus Christ, comme tous les enfants, le fils de ses parents, avec, après l’adolescence, ses perceptions mystiques prolongées par des délires d’identification, de personnalisation. Si vous croyez qu’un Saint-Esprit et une Vierge ont pu créer un enfant qui va sauver le monde, alors il est temps de ne plus s’imaginer la tête du Saint-Esprit.

Si votre sensation à la prière, à la méditation, est de vous sentir être en contact avec Dieu, c’est le meilleur explicatif de ce qu’est l’hallucination plus vraie que nature ; une intériorisation possessive qui fait croire à une pure vérité et c’est toute la difficulté de faire entrer le psychotique dans la compréhension de sa maladie avec toutes les dérives relatées dans les médias.

Non, il n’y a pas d’un côté ceux qui sont considérés comme « fous » et de l’autre ceux qui vous font croire être les garants spirituels de la société, c’est une seule maladie, la schizophrénie avec ses symptômes trompeurs. C’est dans cette droite ligne rigoriste schizophrène que les doctrinaires religieux sont contre la protection sexuelle, contre l’avortement, contre la fin de vie assistée et, de plus en plus, contre le téléthon...

Tant pis pour Adam, Eve, la pomme, le serpent,...Que des délires psychotiques mystiques ; la vie de nos enfants vaut mieux que ce monde illusoire.

Et le Dalaï-Lama, c’est dans la même ligne. (déclaration de juillet 2005).
« Le tsunami c’est la loi du karma. Ces évènements se produisent à cause du karma de chacun. Nos souffrances sont dues à nos propres manquements et erreurs. »
Je ne rêve pas, ce Monsieur est reçu par les plus hautes autorités. Il serait temps de lui donner un cours de géophysique sur la tectonique des plaques ou bien, plus certainement, il est en délires mystiques alors cela relève de la psychiatrie.

La manipulation mentale n’est pas une doctrine que l’on subit, elle est une demande personnelle, un besoin irrationnel intériorisé, que l’on défend bec et ongle, sans aucune réserve et se nomme « spiritualité ».

Cette relation croyances/psychose vous semble inadmissible, alors je vous mets au défi de citer une seule autre manifestation qui soit à la fois l’œuvre présumée de l’Au-delà et également les symptômes répertoriés d’une maladie. Est inscrit sur une notice pharmaceutique dédiée: «... est utilisé pour traiter une maladie qui s’accompagne de symptômes tels que entendre, voir et sentir des choses qui n’existent pas, avoir des croyances erronées...».

Sortons de cet omerta, en France, chaque année, 8000 jeunes entrent dans cette maladie de la croyance faite de souffrance psychique. Par la compréhension de leurs symptômes, aidons les à se sortir de la psychiatrie, et surtout à ne pas y entrer. Sans cette prise de conscience collective rien ne se fera...
Il est temps de ne plus vénérer cette maladie extrémiste ; que diriez-vous si l’on adorait le cancer, le sida...toutes ses maladies qui rongent le malade, sa famille et la société.

La schizophrénie, cette « maladie » que vous l’on appris à ne pas comprendre.
Maurice Champion – Père de jumeaux psychotiques.
Bienvenue sur mon site : http://monsite.orange.fr/champion20

Écrit par : Champion | 29/10/2007

"Ceux qui cherchent la spiritualité le font surtout à cause d’un mal-être."
c'est exact.
J'ai rencontré Dieu en 85. Ce que j'ai vécu en ces instants et depuis ces mois de bouleversement indescriptible est inaccessible à tout langage. Je supporte très bien d'être traité de fou, d'illuminé, de crétin ou d'ahuri. Avant de le vivre c'est ce que je faisais moi-même...
Maintenant, ce que je peux faire de ça... C'est toute une histoire.

Je suggère ces pistes simples à votre commentateur ci-dessus:
" Si l'homme n'est pas l'auteur de son propre être il a forcément sa source en-dehors de lui-même...et "L'existence de la vie est une expérience sensorielle."

De crainte qu'on en vienne un jour à enfermer les croyants comme on le fit des Tsiganes et des Juifs dans les camps, personnes dont on prétendait évident qu'elles étaient des sous-hommes, des malades, des dangers pour la (bonne !!!) société, et ainsi de suite...
Je ne suis pas certain que si un homme n'avait jamais vu de feu il pourrait croire qu'il puisse brûler...
Ni que les personnes qui disent ne croire que ce qu'elles voient aient déjà vu la moindre pensée...Pas même si elles sont chirurgiens du cerveau...Tout au plus des relevés d'appareils...

"Il y a plus de choses sur la terre et dans le ciel, O Oratio, que n'en supposent les entendements scolaires." Shakespeare.

Écrit par : joruri | 12/11/2007

"L'irrationnel n'existe pas".
Si l'on peut me dire ce que sont par exemple l'origine du mouvement et l'origine du langage...Et l'origine même de la raison...
En attendant donc les preuves que l'homme est l'auteur de son propre être, et que loin de travailler sur un donné, il se pense comme sorti de ses propres mains, c'est à dire qu'en somme, l'homme n'est finalement rien d'autre qu'un état subtil de la matière qui se crée sa propre conscience de soi, dont je me demande d'ailleurs bien pourquoi, cette matière se créant elle-même (à partir de quoi ?) aspirerait à croire à autre qu'elle-même (?) il reste de la marge et pas mal de chemins à parcourir avant de poser des hypothèses comme des certitudes intangibles.
Vous le dîtes fort bien vous même: le spirituel nait de ce que nous n'avons pas encore compris, mais tout sera parfaitement explicable à terme, et donc, la foi deviendra "science". C'est donc dire qu'hors de la matière rien n'existe, et par là, se proclamer athée.
On évite, sous le vocable que l'on souhaiterait un tantinet ironique d'entrer dans le détail de ce qu'on appelle "dualisme ou dualité", redoutant dieu sait quelle concurrence d'un monde qui échappant à l'emprise de la raison, enverrait ad patrès l'autonomie absolue que convoite la raison discursive, que la présence malvenue d'un Dieu réellement transcendant menacerait dans ses projets de main-mise universelle sur la terre le ciel et ceux qui sont entre les deux. Mais cela ne prouve rien ! Car si réelle transcendance il y a, il n'est pas à prévoir qu'elle se laissera déduire du comportement chaotique du monde quantique ou de la grande valse interstellaire qui à chaque observation soulève plus de questions qu'elle n'apporte de réponses...La réalité d'une transcendance ne peut être démontrée que de sa propre initiative... Ce qu'on voit, fusse dans les relevés d'appareils les plus sophistiqués, sont des réalités de Ce monde, et la complexité invraisemblable de la matière devrait déjà, en elle-même, nous inspirer une modestie de bon aloi. Alors prétendre que le monde n'a pas "d'autre", qu'il n'est point d'altérité, est pour le moins téméraire. Car comment même pourra t-on réfuter ce que nous ne pouvons même pas connaître puisque par définition, autre ?
Cette conception d'une matière devenant de plus en plus subtile au point de pouvoir être appelée "esprit" par certains est issue d'une FOI immanentiste, pour laquelle l'éternel retour, la conception cyclique de l'univers et la nature au fond "divine" de l'homme ne font pas de doute. Tout le problème demeurant pourtant inentamé, car si l'univers MATERIEL est cyclique, si la quantité totale des molécules qui le compose est FINIE, quoiqu'énorme, alors précisément nous cherchons Dieu pour sortir de cette finitude !
Lisez la description fabuleuse de l'eternel retour dans L'Ecclésiaste ("rien de nouveau sous le soleil" puis la phrase absolument excessive qui semble lui faire écho "Vous verrez les cieux OUVERTS" ou encore, "je suis la porte"...
j'ai ce doute en résumé: est-ce la science qui a la clé de cette porte ? Est-ce la science qui délivrera l'humanité de la FATALITE de l'éternel retour et de sa finitude ? Toutes questions qui méritent d'être posées avec le plus grand sérieux, eut égard au caractère ontologiquement essentiel de leur portée...
Car "l'éternel retour" est une prison étendue aux dimensions d'un divin supposé, mais une prison belle et bien FERMEE...
Il n'y a donc pas d'issue ?
Pour finir, si par "irrationnel" il faut comprendre inaccessible à la raison, alors oui le transcendant est irrationnel... Par définition. Mais sans aller si loin: que des créatures assujetties à la nécessité, bénéficiaires des découvertes de la science, ou même de telles ou telles "spiritualités" (qui sont en fait des surhumanismes sous-jacents), qui ont vu agoniser et mourir des centaines de générations des leurs, dans la maladie, la guerre, la violence de la nature ou de la famine continuent de CROIRE en un monde MEILLEUR (qui n'est point ce monde amélioré gare au malentendu !) alors si là on n'est pas dans l'irrationnel... L'homme est un être raisonnable, certes, mais mieux, il n'est pas QUE raisonnable comme la réalité peut ne pas être QUE rationnalisable.
Je laisse sciemment la réponse à ces question en suspens.
je vais vous dire ce que c'est que l'espérance: C'est professer CONTRE TOUTE RAISON et contre toute limite imposée par la nature qu'il existe un pain pour ma faim et un vin pour ma soif !
En espérant du moins que ces quelques remarques pourront au moins participer à une réflexion élargie, je vous souhaite une bonne soirée.

Écrit par : joruri | 16/11/2007

Passer de la non croyance à la foi en un Dieu Amour qui souhaite que cet Amour irrigue le Coeur des hommes. Je raconte mon expérience terrible mais réelle et cette découverte qui a transformé ma vie dans mon blog : le blog de Michel Chiron sur over blog. La foi en Jésus Christ n'éloigne pas du tout de la vie réelle, bien au contraire. Mais cette vie du quotidien est transfigurée par l' Esprit Saint et on assiste alors à des miracles au quotidien. Dieu est le seul et unique vrai thérapeute, il transforme l'homme profondément quand celui-ci l'accepte chaque jour comme son Sauveur. Et l'Espérance s'imprime en nous par la Grâce. C'est tout simple mais difficile à ceux qui endurcissent leur cœur. Retrouver le cœur d'enfant...voilà la première démarche et demander à Dieu son Esprit pour nous enseigner le chemin...

Écrit par : Michel Chiron | 04/11/2009

Difficile de ne pas s'éloigner de la vie réelle alors qu'on veut s'en retirer. Comme dit A. Desjardins : la réussite est réservée à ceux qui triomphent dans le monde matériel mais le Christ a dit : "Mon Royaume n'est pas de ce monde ",
et moi je vais triompher dans le royaume spirituel.

=> sous entendu pas dans le monde concret, la vie sur Terre. Le problème dans un christiannisme désincarné, c'est que l'Amour n'est que pour l'âme et Dieu, pas pour la chair, or celle-ci en a grandement besoin. Il en est de même pour la terre et la matière.
Il est temps, je crois, plus seulement de spiritualiser la matière, il est en temps de matérialiser l'esprit.

Écrit par : jungne | 04/11/2009