Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le chant collectif | Page d'accueil | Poursuivre ses rêves »

17/08/2009

Woofing, terre, humanisme

 


Le wwoofing ou woofing, un principe simple :
wwoofing en Inde- huile de coude contre hébergement.
Cette expression vient de : "wwoofer" ; Willing Worker on Organic Farms, travailleur bénévole sur des fermes biologiques.

Faire du wwoofing, c'est :

- partager la vie d'une famille ou d'une communauté sur leur ferme,
- apprendre à jardiner, récolter, fendre le bois, faire mille et un petits travaux, vivre de la terre,
- apprendre une langue étrangère ou tout simplement retrouver le contact avec la nature.
Durée de travail : de 4 à 7 h par jour soit environ 25-30 heures par semaine.
Une éthique bio : Le woofing a été créé dans le but de promouvoir le développement durable en enseignant aux jeunes qui sont intéressés les techniques d’agriculture biologique.

Le wwoofing, comment ça marche ?

Wwoofing en Australie
Pour le WWOOFer :

- nourri et logé contre une participation aux travaux de la ferme (animaux, cultures…).

Une expérience qui permet :

- de découvrir les techniques de l'agriculture biologique,
- de connaître des façons de vivre saines, alternatives,
- d'offrir aux citadins une expérience de la vie et du fonctionnement des fermes,
- de visiter la région en s'intégrant à la vie locale (à l'étranger comme dans son pays).

Pour l’hôte : une expérience unique et inoubliable
Le WWOOFer accueilli participera :
- aux activités (au jardin, au potager, au verger, aux fleurs, aux animaux…),
- à la vie familiale (partager des repas, discuter de la vie rurale... 

(source : voyager-autrement.com)

Pour en savoir plus :
http://www.bioeco.org/docu295

Liens :
Wwoof France

Association internationale de wwoofing