Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« NDE : le grand retour | Page d'accueil | Le conservatisme des nouveaux paradigmes »

14/10/2010

Végétarisme ou le prix de la vie

On peut devenir végétarien en réaction à la maltraitance animale (connaissez-vous PETA ?), pour la santé, pour éviter les antibiotiques et autres produits toxiques contenues dans les viandes.

La raison peut aussi être religieuse ou éthique. On ne mange pas de viande pour ne pas tuer des êtres conscients, des créatures de Dieu, etc. C'est là où surgit une objection dérangeante : même en ne mangeant que des légumes, on tue énormément d'êtres vivants — insectes et micro-organismes. Surtout les légumes bio, surtout les légumes qu'on déterre, car du même coup on déterre les animaux sous-terrains. C'est pourquoi les jaïns (jaïnisme) ne mangent aucun légume poussant dans la terre.
Des idées circulent comme quoi une vache vaut plus qu'une moule ou un puceron. Alors je me suis demandé quelle était la valeur d'une vie. Et si on faisait un tableau qui classerait tous les différents animaux du plus insignifiant au plus important. On trouverait ainsi la race supérieure…qui est l'être humain bien sûr. Tout cela ne sonnerait-il pas légèrement nazi ?

Alors, qui est le plus meurtrier entre le végétarien et l'omnivore ? entre celui qui mange 100g de patate et 100g de steak ?

Celui qui veut absolument éradiquer le côté obscur (violence, souffrance, mort) finirait-il donc par en être fatalement la victime ?

Ne pouvons-nous pas chasser… tuer, tout en respectant la vie, à l'instar de certains chasseurs et pêcheurs amérindiens et aïnous ?


L'actrice britannique Kate Winslet prête sa voix à un spot PETA contre le foie gras :