Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2010-10 | Page d'accueil | 2010-12 »

07/11/2010

Vidéo, chakras et fractales


Juste pour le plaisir :



06/11/2010

L'emprise par l'altruisme, être dans son pouvoir


Il n'est pas rare de voir chez une personne une charité bien affichée qui alimente une image positive, sinon acceptable d'elle-même. Les "bonnes actions" compensent les "mauvaises". Etre généreux est presque toujours un moyen parmi bien d'autres d'investissement narcissique (à distinguer du narcissisme idéalisant le moi). Ici, le problème souvent rencontré est une absence d'honnêteté vis-à-vis de ce mécanisme qui maintient l'équilibre psychique de la personne.

A un niveau plus avancé, l'altruisme peut devenir une manière d'envahir l'autre, de se rendre indispensable. Je prends le pouvoir sur les autres. Je contrôle mon entourage. Le moi est plus que maintenu, il s'hypertrophie. Les victimes doivent être secourues par le sauveur : moi. Finalement, derrière le masque de la bonté se cache la toute puissance et le chantage affectif. Je n'ai de la valeur que proportionnellement à l'infortune de mes paires. Si les soi-disantes victimes se libèrent des crochets du sauveur auto-proclamé, ce dernier cède souvent à la culpabilisation de l'autre : “après tout ce que j'ai fait, s'en aller comme cela sans me remercier ni me récompenser !”

Alors, qu'est-ce que laisser le pouvoir à l'autre ?
C'est peut-être accepter de laisser l'autre choisir. De souffrir. De faire des erreurs. D'échouer. D'être autonome.

Quel est le bénéfice de laisser le pouvoir à l'autre ?
C'est d'être dans son pouvoir.
Lorsqu'avoir du pouvoir sur les autres devient une habitude, c'est cela même qui définit notre vie. Être dans son pouvoir signifie créer sa vie par soi-même : en contact avec ses propres talents et capacités.

05/11/2010

Mystiques et Etoile de David

 

Il y a deux mystiques : celle qui trouve l'indicible loin de la matière et celle qui la trouve en plein coeur de celle-là.
Origine inconnue

 

Une des interprétation de l'Etoile de David : l'union du céleste et du terreste.
Le triangle vers le bas est le divin qui s'incarne dans la matière. C'est aussi deux mouvements :

- matérialiser l'esprit (triangle vers le bas)

- spiritualiser la matière (triangle vers le haut)

 

02/11/2010

Machos ou créatifs culturels ? audio


Entretien exclusif avec Patrice van Eersel, réalisé par François Watel.
31 min


podcast

A la fin de l'entretien, Patrice Van Eersel évoque la distinction faite par Jean-Pierre Worms entre les créatifs culturels (2/3 féminins) adeptes de l'introspection et les alter-créatifs (plutôt masculins) qui se méfient de ces "histoires de bonnes femmes".

Popularisé par l’étude du sociologue Paul Ray et de la psychologue Sherry Anderson, le concept de Créatifs Culturels (dans le sens de « créateurs de nouvelles cultures »), selon laquelle 24% des Nord-Américains ont fondamentalement muté, rebondit en Europe dix ans plus tard. L’étude française vient de sortir (éd. Yves Michel - voir son blog). Les CC français sont 17%. Et les Alter-Créatifs 21%. Patrice van Eersel, rédacteur en chef de Nouvelles Clés, nous dit pourquoi la différence entre ces deux groupes tient à l’ouverture plus ou moins grande à l’introspection et à la spiritualité. (NouvellesClés)

Lire : Êtes-vous un créatif culturel ?

01/11/2010

Une éducation adaptée aux garçons


L'école est fondée sur le séquentiel, le verbal. On explique les choses plus qu'on ne les montre. Or les garçons ne sont à l'aise que dans le visuo-spatial.» Pour couronner le tout, depuis la maternelle, ils sont immergés dans un environnement 100% féminin, de la maîtresse à la baby-sitter, et trop rares sont les hommes qui prennent en charge les devoirs. De quoi leur faire croire que le savoir est tenu par les femmes.

Enfin, dans ce monde hyperféminisé, il est bon de faire intervenir au maximum le père, ou tout autre modèle masculin suscitant une identification positive. D'où l'idée séduisante du tutorat «entre hommes».

Les garçons ne disposent d'aucun rite de passage (contrairement aux filles avec leurs premières règles), rappelle Jean-Louis Auduc. Pourquoi ne pas en instaurer, à l'entrée au collège (à 10 ans) et en seconde, au lycée, sous forme de cérémonie ou rite d'intégration? Voilà qui les pousserait à grandir.»

Extraits de Les garçons sexes faibles à l'école