Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2010

Grippe B (pour Bonheur)

Bonne année 2010 à toutes et à tous !!

J'ai reçu ce matin ce fabuleux message humoristique (qui date en fait de l'année dernière), ne pas hésiter à faire circuler ;-)



Une épidémie mondiale se propage à une allure vertigineuse.

L’OMB (Organisation Mondiale du Bien-être) prévoit que des milliards d'individus seront contaminés dans les dix ans à venir.


Voici les symptômes de cette terrible maladie :

1 - Tendance à se laisser guider par son intuition personnelle plutôt que d'agir sous la pression des peurs, des idées reçues et des conditionnements du passé ;

2 - Manque total d'intérêt pour le fait de juger les autres, de se juger soi-même et de s'intéresser à tout ce qui engendre des conflits ;

3 - Perte complète de la capacité à se faire du souci (l'un des symptômes les plus graves) ;

4 - Plaisir constant à apprécier les choses et les êtres tels qu'ils sont, disparition de l'habitude de vouloir changer les autres ;

5 - Désir intense de se transformer soi-même pour gérer positivement ses pensées, ses émotions, son corps physique, sa vie matérielle et son environnement afin de développer sans cesse ses potentiels de santé, de créativité et d'amour ;

6 - Attaques répétées de sourire, ce sourire qui dit « merci » et donne un sentiment d'unité et d'harmonie avec tout ce qui vit ;

7 - Ouverture sans cesse croissante à l'esprit d'enfance, à la simplicité, au rire et à la gaieté ;

8 - Moments de plus en plus fréquents de communication consciente avec son Âme, son Être... ce qui procure un sentiment de plénitude et de bonheur ;

9 - Plaisir de se comporter en personne qui apporte joie et lumière plutôt que critique ou indifférence ;

10 - Capacité à vivre seul, en couple, en famille et en société dans la fluidité et l'égalité, sans jouer ni les victimes, ni les bourreaux, ni les sauveurs ;

11 - Sentiment de se sentir responsable et heureux d'offrir au monde ses rêves d'un futur confiant, harmonieux et pacifique ;

12 - Acceptation totale de sa présence sur terre et volonté de choisir à chaque instant, le beau, le bon, le vrai et le vivant.



Si vous voulez continuer à vivre dans la peur, la dépendance, les conflits, la maladie et le conformisme, évitez tout contact avec des personnes présentant ces symptômes. Attention, cette maladie est extrêmement contagieuse !

Si vous présentez déjà des symptômes, sachez que votre état est probablement irréversible. Des traitements médicaux ou comportementaux peuvent faire disparaître momentanément quelques symptômes mais ne peuvent s'opposer à la progression inéluctable du mal. Aucun vaccin anti-bonheur n'existe.

Cette maladie du bonheur étant associée à un sentiment d'absence de la peur de mourir, un des piliers sur lequels s'est fondée la société matérialiste moderne, des troubles sociaux risquent de survenir... parmi lesquels : expressions de politesse inconsidérées, grèves de l'animosité et du besoin d'avoir raison, rassemblements de gens heureux pour chanter, danser et célébrer la vie, cercles de partage et de guérison, crises de fou-rire, séances de défoulement émotionnel collectives...

07/11/2009

Perdre c'est gagner


L'album des occasions manquées

(Conte)

Il était une fois un roi... qui tenait un journal des occasions manquées. Il a commencé à le faire quand il était tout jeune garçon, et c'est une habitude qu'il cultive encore aujourd'hui. Il a commencé à écrire ce journal des occasions manquées le jour où il a raté le train et, par conséquent, où il a dû attendre le suivant, dans lequel il a rencontré son meilleur ami qu'il n'avait pas revu depuis longtemps.
Dans son journal, il a raconté la fois où il avait manqué l'avion et où il avait dû patienter des heures à l'aéroport, où il a rencontré le roi d'un royaume voisin, avec lequel il a conclu une alliance bénéfique pour chacun d'eux. Et la fois où, n'ayant pas été invité à une cérémonie, il a participé à une fête où il a rencontré celle qui est devenue sa reine.
Le roi tient ce journal parce qu'il a découvert que les choses les plus belles de sa vie se sont produites grâce à quelques occasions manquées. Le fait d'écrire ce journal lui a enseigné que lorsque l'on perd quelque chose, quelque temps plus tard on en gagne une autre que l'on n'aurait pas pu gagner si l'on n'avait pas perdu ce que l'on a perdu. Depuis, le roi est content de perdre quelque chose, parce qu'il attend, confiant, que quelque chose de beau lui arrive.

Tiré de Giardinieri, principesse, porcospini de Consuelo C. Casula

04/11/2009

Arnaud Desjardins : pas d'excuse


desjardinsarna3.jpgArnaud Desjardins (18 juin 1925 - ) était réalisateur à l'ORTF de 1952 à 1974 et est l'un des premiers occidentaux à faire découvrir aux Français, au travers de documents télévisés, quelques grandes traditions spirituelles méconnues des Européens : l'hindouisme, le bouddhisme tibétain, le zen et le soufisme (mystique de l'Islam) d'Afghanistan. (source : Wikipedia)

Voici un lien pour télécharger un extrait en PDF d'un livre intitulé Un Grain de Sagesse. Dans ces 20 et quelques pages édifiantes qui retranscrivent un discours donné au monastère bouddhique "du Bost" en 1981, l'auteur fustige la culture de l'excuse (entendez "vous êtes excusé d'avoir mal fait") très à la mode en France et pas mal dans le reste de l'Occident, peut-être un peu à cause d'une mentalité de gauche distordue, où le collectif doit récupérer toutes les responsabilités individuelles : l'individu se déresponsabilise, et cherche à se trouver des excuses pour se laver les mains.

 

Quelques passages (pas toujours en lien direct avec le sujet) :

Quand on se sent faible, frustré, déçu, qu'on a été trop comparé aux autres par ses parents et qu'on se compare soi-même à ceux qui réussissent mieux que nous, une espérance semble s'ouvrir du côté du yoga ou de la méditation et nous tombons facilement dans la mentalité religieuse ordinaire qui déforme la vérité : la vie spirituelle est la consolation des malheureux.
 
Je suis nul professionnellement, nul financièrement, nul amoureusement et sexuellement; je suis un petit personnage, je ne réussis pas grand-chose, et je mesure mes limites dans tous les domaines mais la vie spirituelle va être la consolation de mes souffrances. Il est très aisé d'interpréter dans ce sens les paroles chrétiennes. « Si on me frappe sur une joue, je tends l'autre. » « Heureux les pauvres en esprit, heureux les humbles, heureux les doux. » « La réussite est réservée à ceux qui triomphent dans le monde matériel mais le Christ a dit :
"Mon Royaume n'est pas de ce monde ", et moi je vais triompher dans le royaume spirituel. »
 
Vous vivez tous et toutes — sauf rares exceptions mais si nous commençons à donner trop de place aux exceptions, chacun dira : c'est moi l'exception — vous vivez tous prisonniers de cette tragique maladie : du moment que j'ai une excuse, ça va.
 
ceux qui ont la mentalité de l'excuse dans la vie ont la mentalité de l'excuse sur le Chemin. J'ai remarqué que c'était lié. « Je ne peux pas, je suis trop fatigué; je ne peux pas, je suis emporté par mon angoisse; je ne peux pas, je dors trop mal la nuit et ça m'use; je ne peux pas, je n'ai pas eu un séjour assez long; je ne peux pas, mes enfants m'épuisent... »
 
 
Quand il est demandé quelque chose, que ce soit une tâche ou un service, s'il n'y a pas de difficulté, c'est accompli. S'il y a une difficulté, on trouve une excuse.
 
 

28/10/2009

l'individu avant la société


Jean-Louis Trintignant en vidéo :

 

22/09/2009

La CNV au Salon Zen


cnv_dessin.jpgL’association pour la CNV ou communication nouvelle et vivante, nous reçoit au Salon Zen à Paris début octobre 2009.

Au coeur de la CNV, maladroitement appelée “communication non-violente”, se trouve l’empathie, une intention bienveillante de partage, d’être avec soi-même et les autres. Qu’est-ce que l’empathie ? C’est d’abord ressentir sinon deviner ce que l’autre vit en joie ou en souffrance, ce qui l’exalte ou l’attriste, ce qui lui manque de fondamental (l’amour, le respect, la réciprocité…). Marshall Rosenberg explique que l’empathie est avant toute parole, une manière d’être avec l’autre : extrait audio de conférence.

Souvent, notre précipitation et notre confusion mentale nous empêchent d’être en empathie, c’est là que les outils simples de la CNV peuvent nous aider à y voir plus clair, mieux nous relier à nous-mêmes et aux autres en nous/les agressant le moins possible. Ce n’est pas une technique de communication où nous répétons des formules toutes faites afin de nous faire comprendre. C’est apprendre à ressentir et voir clairement ce qui est vivant en nous-mêmes et en l’autre. Simples oui, et très longs à intégrer, alors autant commencer maintenant.

La CNV, c’est accueillir ce “chacal” en nous qui nous balance injures et jugements à longueur de journée, et de cesser de l’alimenter pour le décrypter. Qu’y a-t-il derrière ces jugements ? Des sentiments, des blessures, des besoins non satisfaits peut-être. En prêtant attention à notre souffrance, nos aspirations et besoins, à ceux des autres, nous allons vers la bienveillance, vers le lien. Il ne s’agit pas ici de donner la priorité à l’autre dans une sainte abnégation, ou à soi-même. Il est possible de dire NON sans justification, sans injure, sans reproche, sans jugement. Oui, il est possible de vivre heureux sans jugement ni étiquette. Sans coercition.

Le processus de la CNV nous invite enfin, lorsque c’est possible, à exprimer des demandes pour trouver des issues constructives, pour sortir d’impasses relationnelles où l’agression se perpétue. Parfois, aucune solution n’est trouvée. Parfois aucune demande ne peut être exprimée. Cela dit, le simple fait de nous relier à nous-mêmes, de prendre la responsabilité de nos émotions et de nos choix, est une immense avancée. Le  simple fait de nous relier aux autres, d’écouter ce qui les touchent, est un grand pas.

Salon Zen à l’Espace Champerret, du 1er au 5 octobre 2009 (11h-19h - nocturne 21h le vendredi 2).
Le samedi 3 après-midi de 16h à 17h30 au stand CNV, un spectacle mêlant théâtre et médiation présente quelques applications de la CNV. Infos pratiques

18/08/2009

Poursuivre ses rêves



2 minutes sur le bénéfice de poursuivre ses rêves avec Jean-François Noubel, extrait de la vidéo "évolution de l'intelligence collective dans le monde".

09/06/2009

cerveau et empathie


L'être humain n'existe que parce qu'il est en relation avec d'autres - mais en relation physique, directe, par les yeux, la bouche, les oreilles, les mains, la peau tout entière.
Sans quoi le système se dérègle, l'empathique ne peut plus se concrétiser et même les enfants de la maternelle deviennent ultra violents - ce que le très érudit Olivier Julliard présente dans un texte au vitriol,
Trucmuche ou la mutation (Edition Baudelaire).
Patrice Van Eersel


Entretien vidéo (15 min) avec Patrice Van Eersel, écrivain, journaliste et co-créateur du Jeu du Tao. Quelle est la fonction des neurones-miroirs ? Quels sont les éventuels obstacles aux mécanismes de l'empathie ? Quelle est l'importance du contact physique, du contact réel par rapport au contact virtuel ?