Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2010

Le conservatisme des nouveaux paradigmes


”On ne peut pas trouver la vérité dans les mots et les idées.”


Ceux et celles qui ont remis en doute une idée reçue, un dogme ou un paradigme — une fois — se voient en réformateurs ou révolutionnaires et détenteurs de la connaissance. L'âge aidant, ils semblent difficilement être enclins à se remettre en doute eux-mêmes et leur nouveau paradigme. C'est dire l'importance que nous accordons aujourd'hui à la pensée, à la façon de pensée, et cela depuis des siècles.
Il "suffit" peut-être tout simplement de ne pas camper sur ses positions.

Après toutes cette longue expérience de la vie et nos réflexions, la pensée se fige pour nombre d'entre nous. Nous ne voulons pas accepter qu'il y ait des options que nous n'avons pas considérées — parce que notre imagination et notre compréhension sont limitées — et qui sont pourtant bien réelles.

Si nous arrivons à nous dire que quelques soient nos conclusions, quoi que nous croyions, quelque chose bouleversera nos croyances et modifierons nos conclusions, même post-mortem, nous n'aurons plus besoin de parler d'ouverture d'esprit, nous le vivrons.

14/10/2010

Végétarisme ou le prix de la vie

On peut devenir végétarien en réaction à la maltraitance animale (connaissez-vous PETA ?), pour la santé, pour éviter les antibiotiques et autres produits toxiques contenues dans les viandes.

La raison peut aussi être religieuse ou éthique. On ne mange pas de viande pour ne pas tuer des êtres conscients, des créatures de Dieu, etc. C'est là où surgit une objection dérangeante : même en ne mangeant que des légumes, on tue énormément d'êtres vivants — insectes et micro-organismes. Surtout les légumes bio, surtout les légumes qu'on déterre, car du même coup on déterre les animaux sous-terrains. C'est pourquoi les jaïns (jaïnisme) ne mangent aucun légume poussant dans la terre.
Des idées circulent comme quoi une vache vaut plus qu'une moule ou un puceron. Alors je me suis demandé quelle était la valeur d'une vie. Et si on faisait un tableau qui classerait tous les différents animaux du plus insignifiant au plus important. On trouverait ainsi la race supérieure…qui est l'être humain bien sûr. Tout cela ne sonnerait-il pas légèrement nazi ?

Alors, qui est le plus meurtrier entre le végétarien et l'omnivore ? entre celui qui mange 100g de patate et 100g de steak ?

Celui qui veut absolument éradiquer le côté obscur (violence, souffrance, mort) finirait-il donc par en être fatalement la victime ?

Ne pouvons-nous pas chasser… tuer, tout en respectant la vie, à l'instar de certains chasseurs et pêcheurs amérindiens et aïnous ?


L'actrice britannique Kate Winslet prête sa voix à un spot PETA contre le foie gras :

06/10/2010

NDE : le grand retour


Le documentaire Le Grand retour (55 min) est disponible librement sur la toile :




Bonne nouvelle : Deadline dernière limite du Dr Jean-Pierre Jourdan vient de paraître en version Poche.

01/10/2010

Silence et lenteur, des valeurs montantes ?

L'émission C dans l'air intégrale consacrée au succès du film Des Hommes et des Dieux, à voir avant sa suppression du site France5.fr.

488839_des-hommes-et-des-dieux.jpgLes différents thèmes du film sont abordés et surtout dans la dernière moitiée de l'émission la valeur du silence, de la lenteur — de l'intériorisation — qui manque dans le monde urbain actuel. On finit par parler de retraite spirituelle, de méditation dans un cadre personnel et même médical.

Voir la vidéo

La page web

Extrait de la présentation :

Mais pourquoi un tel engouement ? Que poussent les spectateurs à entrer dans les salles obscures pour voir ce film qui défie toutes les lois du marketing ? Les actuelles prises d’otages de citoyens français à l’étranger ? Une quête de sens et de spiritualité dans un monde globalisé et de plus en plus complexe ?

26/09/2010

Fractales : l'ordre du chaos


Un nouveau paradigme est né avec les fractales. Un paradigme où ce qui semblait désordonné est représentable par une équation mathématique simple. Un paradigme qui propose de sortir de la géométrie euclidienne : la géométrie fractale => la dimension fractale. Les fractales désignent surtout un schéma qui se retrouve partout dans la nature.

Il y a quelque temps je publiais une note sur la relativité d'échelle qui repose sur l'espace-temps fractal. Je citais un passage du livre Deadline : dernière limite sur les NDE/EMI de Jean-Pierre Jourdan. Voici un documentaire qui retrace la découverte des fractales et leurs applications :





Art vidéo, chakras et fractales

25/09/2010

Lotus, entre sagesse et souillure


lotus-blte.jpgExaminons la symbolique du lotus…

La vase et l'eau vaseuse : c'est le monde duel, matériel, impur, les instincts primaires, les penchants égotiques, l'ombre selon Jung…

Le ciel éclairé par le soleil qui illumine la fleur : c'est la non-dualité, le monde immatériel, spirituel, le divin, l'Eveil, la sagesse, etc.

L'image du lotus est incontournable que ce soit dans les courants de l'hindouisme ou du bouddhisme. Elle a accompagné une grande partie de l'Asie depuis des millénaires. Mais que signifie-t-elle vraiment ?

La notion dominante en Orient est celle de la pureté. C'est l'état immaculée de la fleur de lotus qui se tient hors de l'eau vaseuse.

Le fait est que si la fleur ne touche ni l'eau ni la vase, ses racines sont bien ancrées dans la vase.

Il y a donc, principalement deux tendances qui découlent de la symbolique du lotus :
- une approche dualiste voire manichéenne qui va combattre, contenir ou nier tout ce qui appartient à la vase
- une approche "alchimique" qui consiste à accueillir et utiliser la vase, l'ombre, la matière, l'ego, pour stimuler et alimenter la quête spirituelle.

Dans cette approche "non dualiste", on réalise que la vase est le seul support, le seul terreau sur lequel il est possible de faire mûrir l'âme, la conscience, l'être, etc. Si le ciel ou le soleil apporte la semence, il féconde la terre. (je reste dans la dualité terre-ciel pour cet article)

C'est dans la vase que se trouve nutriments, minéraux et eau essentiels au développement, non dans la lumière. En quelque sorte la vase (ou la terre) est la seule nourriture de l'être.

Alors au lieu de considérer la matière comme des obstacles, comme le diable en personne, il nous est proposé de la regarder comme un escalier, quelque chose qui nous permet de comprendre et de grandir. La matière fini et éphémère, l'égo et son ombre sont donc à la fois le cadre et la source d'énergie permettant à l'être de cheminer vers l'éternel, la lumière, la libération, etc.

Au lieu de considérer les émotions (négatives) comme des entraves à absolument éviter ou pacifier, il nous est proposé quand cela est possible, de les accueillir et même de s'en servir comme tremplin, comme carburant (à brûler donc) pour se propulser vers notre objectif. Des chercheurs comme Boris Cyrulnik explique que les émotions comme la peur sont utiles voire vitales, notamment pour anticiper et éloigner les dangers (lire Eloges de la peur). D'autre part, plutôt que de projeter notre peur, notre colère ou haine contre l'objet de notre émotion, nous pouvons la relier à nos aspirations, nos besoins profonds (approche CNV), notre quête. Ainsi la motivation à atteindre notre but peut être dopée grâce à une émotion considérée a priori comme destructive. Avec cette pratique de transmutation, les émotions "négatives" deviennent constructives, donc positives. Ainsi la colère peut se consumer et renforcer l'acceptation, l'empathie, la joie… Au final, la colère par exemple ne disparaît sûrement pas de la vie terrestre, comme signal d'alarme d'évènements fâcheux, d'action malveillantes, elle demeure précieuse et vitale. La question est de savoir comment nous la faisons évoluer.

On peut ajouter que si beaucoup de religieux pratiquants et spirituels évitent d'aller à l'écoute de leurs émotions en croyant les purifier par des mantras ou des rituels et les lâcher-prise grâce à la méditation, il semble qu'au final la manière la plus efficace et la plus honnête d'évoluer est d'aller à leur rencontre. Et en acceptant de ressentir ses émotions, il est possible de connaître ses propres besoins qui sont souvent dissimulés par les jugements et les inhibitions (selon la CNV, voir la liste des besoins en dernière page du PDF).

20/06/2010

Psychologie et spiritualité

Cela est de moins en moins courant mais il y a une certaine tendance chez un grand nombre de pratiquants spirituels à rejeter ou mépriser tout ce qui se trouve dans la sphère de la psychologie. Certains disent que la psychologie et la spiritualité ont le même but - le bien-être, le bonheur ou l'harmonie - et que la première n'y arrive pas ou beaucoup moins bien. D'autres disent que la psychologie vise un objectif provisoire, relatif et superficiel (l'adaptation à la société, l'apaisement des angoisses…), et la spiritualité un objectif éternel et absolu ou fondamental (l'Union avec Dieu, l'Eveil). A quoi bon résoudre les problèmes avec papa-maman si nous pouvons atteindre l'Amour Absolu de Dieu ou nous libérer totalement du karma ? La psychologie apparaît comme un produit bas-de-gamme dérivé de la spiritualité.
Pourtant l'échec des religions et des mouvements spirituels à apporter à eux seuls le bien-être ou la sagesse poussent de plus en plus d'adeptes à faire le lien avec la psychologie quand ce n'est déjà fait.

Voici en vidéo un des points vue qui se répandent aujourd'hui, celui de Margot Esther Borden une psychothérapeute intégrale (dans la lignée de Sri Aurobindo) basée à Paris et formée à l'approche centrée sur la personne (psychologie humaniste), la psychosynthèse, la gestalt thérapie et au kriya yoga (pratique de la respiration en conscience). Elle consulte en anglais et en français.
Par ailleurs elle est consultante en entreprise pour l'intégration de la spiritualité dans le management ce qui l'a amené à co-écrire un livre intitulé Spirituality and Business.

Site (anglais) de Integral Perspectives