Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2010

Vérité objective ? subjective ?

Une conférence sur fond de mythologie. Quelle différence entre la mythologie grecque et la mythologie indienne ? Entre Alexandre le Grand et le moine jaïn qu'il rencontra ? Quelle différence de point de vue ? Quoi choisir entre subjectivité et objectivité ? entre vision linéaire et vision cyclique ? Comment trouver la tolérance ?

18 min, sous-titres français disponibles (cliquer sur "view subtitles" et choisir)

25/03/2009

Thierry Janssen : La posture de l'honnêteté

Extrait de conférence :

Thierry Janssen parle de nos croyances, de notre représentation de la réalité...



source : inrees.com

04/03/2009

La pensée latérale et les pièges de l’intelligence selon Edward de Bono


Réfléchir est la technique opératoire avec laquelle l’intelligence exploite l’expérience.


Expert de la créativité, docteur en médecine et philosophie, Edward de Bono a enseigné à Harvard et conseille des dirigeants d’entreprises et responsables politiques. Auteur de plusieurs best-sellers mondiaux, il explique dans Réfléchir vite et bien les processus fondamentaux de la réflexion quelque soit le domaine d’application. Les maîtriser, c’est acquérir le “savoir-réfléchir”. Pour lui, la réflexion se distingue de l’analyse, de l’argumentation ou de l’intelligence (définie ici comme la rapidité de traitement de l’information). La réflexion dépend d’abord de la perception que l’on a des choses, et des mécanismes mentaux utilisés. D’après l’auteur, l’intelligence peut amener à ne plus se remettre en question :

“Une personne très intelligente peut avoir un point de vue sur un sujet et utiliser ensuite son intelligence pour défendre ce point de vue. Plus la personne est intelligente, et mieux elle saura défendre sa position Mieux la personne peut défendre son opinion, moins elle sera encline à réfléchir à de possibles alternatives ou à écouter d’autres avis. Si vous êtes persuadé d’ “avoir raison”, pourquoi consacrer votre temps à d’autres opinions ? Ainsi, beaucoup de personnes intelligentes se retrouvent piégées par des idées médiocres parce qu’elles savent très bien défendre leur point de vue et qu’elles s’y cantonnent.”

Vous êtes persuadé de connaître la Vérité ? Qu'il n'y a pas de Vérité ? Vous voulez imposer votre credo aux autres ? Attendez...L’auteur propose comment élargir sa perception et des méthodes pour explorer un maximum de possibilités et d’horizons nouveaux.

La pensée latérale est un concept remarquable. Alors que les géniaux excentriques restent chacun enfermés dans leur “bulle logique” - tout en produisant des idées formidables loin du conformisme dominant, la personne qui adopte la pensée latérale peut sauter à sa guise d’un point de vue à l’autre. Cela lui donne une vue plus globale du monde, sa réflexion peut donc être plus pertinente et sa compréhension plus profonde.

L’auteur continue :
“Le second aspect du piège de l’intelligence est que, si une personne a grandi avec la certitude qu’elle est plus intelligente que la moyenne (ce qui peut être effectivement le cas), elle voudra jouir de cette faculté. La façon la plus rapide et la plus sûre de profiter de son intelligence est de prouver que quelqu’un a tort. Cette stratégie procure un résultat immédiat et confirme sa supériorité.
Se montrer constructif est beaucoup moins gratifiant.
Il faut parfois des années pour démontrer le bien-fondé d’une idée. De plus, vous êtes dépendant du fait que votre interlocuteur appréciera votre idée ou non. Il est donc clair que la posture critique et destructrice est un moyen plus séduisant d’utiliser son intelligence. Enfin, cette approche est confortée par l’idée absurde, qui a cours en Occident, selon laquelle la pensée critique suffit.”

L’exlectique est une alternative à la dialectique. Au lieu de s’engager dans le choc des opinions, elle est une écoute et une exploration communes. Plutôt que d’introduire dès le premier contact ses opinions pour le débat et d'éliminer rapidement les propositions jugées inadéquates, il s’agit de laisser émerger les idées nouvelles dans l’ “osmose” à la japonaise. Ainsi, les idées saugrenues ou hors-sujet deviennent des tremplins pour des pistes innovantes ou simplement des solutions à la problèmatique à résoudre.


Réfléchir vite et bien

Autre article sur la créativité : libérez votre créativité

22/07/2007

La foi & la croyance

Pour changer de débat

medium_wonder_.jpg La plupart du temps, que l'on soit athée ou adepte d'une religion, on place le débat sur un niveau intellectuel : rationnel contre irrationnel, croire suivant un raisonnement contre ne pas croire suivant un autre. De ce fait, de nombreux croyants sont dans l'illusion de la foi par une croyance, une auto-persuasion, soit fondée sur une logique souvent fragile - une évidence jamais remise en question - soit héritée de la famille. Solide ou pas, une logique ne peut engendrer une véritable foi, et si la plupart des croyants avaient la foi, ils pratiqueraient aussi, ou ils pratiqueraient plus et/ou plus intensément. Une telle croyance a son intérêt malgré tout. Cela peut être une forme d'espoir ou de force pour vivre.

Pour simplifier nous allons différencier la foi de la croyance, mais le but n'est pas de nous perdre dans une dissertation définitionnelle. Le principal est de distinguer deux rapports diamétralement différents au divin. Derrière la croyance tant critiquée, il y a le ressenti personnel d'une présence tellement forte qu'il amène souvent à un sentiment d'émerveillement, de grâce ou d'extase, ce qui amène le plus souvent à "la foi". Pour Abraham Maslow, célèbre psychologue humaniste, les expériences d'extase sont des "expérience paroxystiques". Ce sont des choses qui arrivent hélas rarement aux personnes n'utilisant que leur intellect.

Je connais certaines personnes qui ont senti - à un moment de leur vie - être en union avec l'univers, ou quelque chose d'incommensurable entrer dans leur corps. Ce ressenti n'a aucun rapport avec une quelconque démonstration scientifique ou logique. C'est une chose que l'on ne peut atteindre par le débat ni par la réflexion. Il est donc inutile de convaincre, car il faut le "sentir pour le croire". En fait, une seule expérience de ce genre peut mettre fin à tout débat. Et il ne serait plus question de l'existence du divin ou d'autre chose, mais de la certitude d'une présence impalpable, non mesurable, non localisable. Ce ressenti d'une présence, quelle qu'elle soit, n'enlève pas à l'individu la capacité de réflexion ou de rationnalité. Classer les croyants dans l'irrationnel et la bêtise est indéniablement hâtif. On aura beau débattre des dizaines d'années durant sur le goût du chocolat au lait aux amandes suisse, une personne qui n'y a jamais goûté ne connaîtra jamais son goût. Il en est de même pour la foi. Voir l'article "Qu'est-ce que la foi?" sur le site 1001nights

Quelques ouvrages de Maslow :
- L'accomplissement de soi : De la motivation à la plénitude


Voir "La suprématie du mental"

Qu'est ce qu'une expérience paroxystique ?

Les recherches menées par Maslow décrivent les expériences paroxystiques comme des états modifiés de la perception :
- Perception que l'univers est un tout intégré et unifié
- Disparition des échelles de comparaison entre les choses (important / insignifiant, petit / grand...)
- Disparition de toute notion de jugement (puisque les échelles de comparaison disparaissent).
- Perception que toute chose existe pour elle-même par rapport au "tout", et que le vivant est sacré en tout point de vue.
- Abandon de l'égo au profit d'une vision totalement holistique de l'univers.
- L'expérience paroxystique vaut par elle-même : elle se justifie par elle-même.
- Désorientation spatiale et temporelle. 1 minute, 1 an…l'expérience est atemporelle pour celui qui la vit.

Source : "L'accomplissement de soi", ba-consultants.com / Abraham Maslow, Wikipédia